Rechercher
  • Sophie Charbit Gabrielle

Ah ! Février

28 février 2021

Une furie !

Le temps est une furie

Déjà le printemps s'amorce

Je n'aime pas ce printemps

Il m'angoisse

C'est la première fois que je ressens çà

Depuis quelques jours mon humeur a changé...

C'est le spectacle des amandiers en fleurs

Mais pourquoi ? D'habitude, je renais avec le printemps et là … non.

J'ai envie d'arrêter le temps.

Heureusement depuis deux jours la température a baissé avec le souffle du mistral

Il ralentit la course, apporte la lumière

En février, ce n'est pas le printemps !

En février, les boutons de fleurs enflent comme les seins d'une femme brulante de désir mais l'orgasme attend, blotti, il n'est pas mûr, il n'a pas embrasé le corps jusqu'au bout des ongles. Février est court, il a hâte , il attend...

Et puis... cet hiver a manqué de froid. La sève n'a pas pris le temps de se reposer vraiment au chaud des profondeurs. Et elle remonte déjà, faiblarde sûrement. Les fruits tomberont pour certains, avorteront.

Tout çà n'a pas d'allure ! Je n'ai pas envie de ce printemps maintenant.

Attendre, retenir, se retenir, faire durer le plaisir, c'est bon... Contempler les abricotiers encore nus mais à boutons grenat.

En février, je veux la lumière et les nuits fraîches près du poêle.

En février, je veux la joie des journées qui s'allongent lascives et le chant des oiseaux qui s'affairent, excités par la faim qui les taraudent.

Ah ! février !

Pourtant, ce matin et depuis quelques jours, malgré les violettes qui tapissent les bois et la délicatesse de leur parfum subtil dans la rosée matinale, la coupe déborde...

Je me sens agacée, inquiète et tourmentée avec un artichaut dans le plexus solaire

C'est que depuis déjà un an, le vent a tourné.

Que sommes nous devenus ?

Des marionnettes exsangues ? Des pantins désarticulés qui attendent sagement l'autorisation de sortie.

Dans l'ombre, nous sommes sans trêve les tisseurs de rêves, les faiseurs d'utopies, les pêcheurs d'étoiles c'est notre opium. Nous savons besogner pendant des heures, des jours et des insomnies, recommencer pour la rime, la ritournelle, le pas de bourrée, le saut lifté… des jours encore en quête du temps perdu, sur le fil jongler dans la tempête, traquer l'étincelle, pour avec nous vous embarquer sur le radeau des chemins de traverses ! Celui qui agite, transforme, bouleverse, divertit

Aujourd'hui,nous avons besoin d'air et de lumière !

Fichtre ! C'est quoi ce bordel !

Ouvrons les portes de l'art, de la culture, des rêves et des utopies !

Laissons le vent s'engouffrer dans nos chemises !

Nous voulons voir vos sourires et vos émerveillements

Nous voulons vous voir danser, vous serrer et vous embrasser.

Nous aimons vos larmes et votre sueur

Nous n'avons pas peur ! !! Nous sommes responsables

Bon sang ! mourir d'ivresse et d'étreintes brûlantes oui !

C'est quand même mieux que de crever dans l'ombre et la solitude puisqu'un jour ou l'autre il faudra bien mourir

Comme vous nous manquez …

32 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

L'Échappée Intérieure

Oui, il n’y a pas d’autres choix que d' avancer courageusement et plein d’espoir, sinon mourir là . Mais tu ne veux pas mourir, tu n’es pas arrivée jusqu’ici pour abandonner. Tu n’as pas vécu toutes c